Les festivals c'était bien!

Culture

A l’heure où les feuilles tombent et où les étudiants re-posent leurs fesses sur les bancs de l’Uni et du Poly, profitons de ce numéro de la rentrée pour jeter un petit regard en arrière sur les moments festifs de l’été.

Montreux Jazz, on ne sait pas, on n’y est pas allés…Mais il paraît que le off était nul. On attend votre avis.

{{{Le Panzer}}}
Paléo a été notre grosse couverture médiatique de l’année. Munis de trois accréditations, nous avons ratissé tout le festival (cf. notre site web). Si Placebo a piteusement déçu tout le monde et si les Pixies ont donné l’impression d’avoir laissé tourner leur best-of, on ne peut pas en dire autant d’autres vétérans comme Tracy Chapman ou Depeche Mode.
De son côté, la scène française invitée n’a pas démérité. Dionysos, Cali et, dans une moindre mesure des Louise Attaque quelque peu fatigués ont su ébranler le public de la Grande Scène. Grand Corps malade, Olivia Ruiz ou encore Jack The Ripper se sont, quant à eux, déchaînés sur les plus petites scènes. Aux mêmes endroits, des groupes venus d’ailleurs se révélaient de petites bombes: Shout out Louds, The Spinto Band et les Suisses d’Elkee. Au final, une 31e édition pleine de couleurs et de dynamisme, une ambiance propre à enterrer la déception ressentie lors de l’édition 2005.

{{{Le petit Lausannois}}}
Moins vieux (dix ans cette année), mais surtout moins popu que le Paléo, le For Noise, malgré une pluie acharnée, n’a pas déçu son public. Une petite dose de hip hop bien balancé avec les Puppetmastaz, de l’électro juste ce qu’il faut, grâce à Reverse Engineering et Larytta, deux formations vaudoises qui savent faire bouger même les plus statiques. Dans un registre plus calme, le songwriting bossa de Fauve et celui plus folk de Lambchop ont offert au public de purs instants de douceur dépaysante. Le samedi, le rock chaloupé des Bellrays, Californiens menés par une Lisa Kekaulaa déchaînée, a précédé les riffs alternatifs des Norvégiens Motorpsycho, eux-mêmes sui-vis des effrayants Celtic Frost, distillateurs d’un métal des plus grandiloquents.

{{{Coups de coeur}}}
Radiohead à Avenches: un grand moment de rock. Malgré un ou deux petits problèmes techniques, Thom Yorke et ses acolytes, aidés d’un show visuel magique, ont su capter l’attention des 8000 personnes présentes, jouant aussi bien leurs vieux tubes que des morceaux inédits.
Deux jours plus tard, après une belle performance électro-post-punk de TV on the radio, Calexico a fait sonner ses joyeuses trompettes mariachi et ses guitares folk, avant de laisser la place au rock déjanté de Franz Ferdinand, qui a réussi à faire suer tout le monde.

N’hésitez pas à laisser vos commentaires et réactions à cet article sur [www.auditoire.ch->http://www.auditoire.ch].

Still quiet here.sas