The letting go

Culture // Chroniques deluxe

Musique, cinéma, littérature, bande dessinée, sites internet… L’auditoire vous propose à chaque numéro de découvrir quelques perles rares. De la culture à consommer sans modération

Bonnie « Prince » Billy
Domino, 2006

Après avoir sévi (ou régalé, c’est selon) sous des noms aussi différents que The Palace Brothers, Palace Music ou encore son vrai nom Will Oldham, Bonnie «Prince» Billy sort cet automne son nouvel album, The letting go, opus placé sous le signe de la délicatesse et de la légèreté.
En écoutant ce disque, on se sent transporté sur une route du Tennessee profond, dans la lumière du soleil couchant, jouissant du moment présent.
Mais l’album a été enregistré en Islande, dont on sent le souffle sur Then the letting go; en l’écoutant, on a l’impression d’écouter une légende nordique de femme de marin éplorée. Toutefois, la folk douce et délicieusement teintée de country de cet album ne peut en effet que mal renier ses origines nord-américaines. Cold & wet a même un air de la musique de l’Amérique profonde des années 20. Accompagné sur la plupart des morceaux par la voix haute et cristalline de Dawn McCarthy, Bonnie Prince Billy, entre Neil Young, Tom Waits et le Bruce Springsteen de Nebraska, propose des chansons épurées et aériennes, qui nous laissent tout l’espace nécessaire pour les savourer, apprécier les arrangements plus subtils qu’il n’y paraît à la première écoute.
A écouter sans modération.

Still quiet here.sas