Prix de Lausanne, Jour 2 : Zoom sur la danse contemporaine

Cette deuxième journée de concours s’est déroulée comme la première – cours classiques, cours contemporains –, avec cette fois un premier coaching pour les variations contemporaines.

Les garçons du groupe B au cours de Duncan Rownes

Les garçons du groupe B au cours de Duncan Rownes

Le contemporain, inévitable aujourd’hui

La danse, comme tout autre art, ne cesse d’évoluer. La danse contemporaine a ces dernières années pris de plus en plus d’importance, si bien qu’elle est ici tenue pour équivalente au ballet classique. En effet, un danseur doit aujourd’hui pouvoir aborder toutes sortes de rôles et avoir la capacité de s’adapter à des répertoires riches et variés. Les plus grandes compagnies présentent toutes à l’heure actuelle des pièces contemporaines aux côtés des grands classiques. Ce sont donc des danseurs polyvalents qu’il est question de former.

Danser autrement

Les candidats du Prix de Lausanne suivent quotidiennement des cours de contemporain assurés par Duncan Rownes. Certains concurrents n’ont pratiquement jamais fait de danse contemporaine. Les cours proposés ici leur permettent d’aborder ce style de danse, même s’il ne leur est pas toujours familier.

Maîtriser les appuis dans le sol, apprendre à aborder de nouveaux mouvements, laisser un temps le classique de côté, tout en en utilisant toujours les bases, se dépasser. Voilà entre autres ce qu’apprennent les jeunes danseurs lors de ces leçons.

Quatre candidates du groupe B répètent "First flash solo number 2" avec Nancy Euverink

Quatre candidates du groupe B répètent « First flash solo number 2″ avec Nancy Euverink

Duncan Rownes leur donne de précieux conseils, comme par exemple lors d’un exercice nécessitant une chute, où il leur rappelle que leurs genoux devront les soutenir pour encore les trente années à venir de leur carrière de danseurs. Il leur apprend alors à les ménager en tombant correctement.

La musique, pour accompagner parfaitement les danseurs

Lors de leurs cours classiques comme de leurs cours contemporains, les candidats bénéficient de la présence précieuse de pianistes. Pour les leçons de danse contemporaine, le musicien présent a à ses côtés non seulement un piano mais des percussions. On peut alors entendre des rythmes orientaux comme de doux adages porter les danseurs au fil des exercices. L’association de cette musique aux mouvements exécutés par les concurrents est un moment très poétique et absolument incroyable à regarder. Les cours de Duncan Rownes, on ne s’en lasse pas !

Les garçons du groupe B au cours de Duncan Rownes

Les garçons du groupe B au cours de Duncan Rownes

Le perfectionnement des variations contemporaines

Les variations classiques sont issues du grand répertoire, les candidats ont donc naturellement des façons multiples de les apprendre. Les phases de coaching assurées par Monique Loudières et Patrick Armand sont indispensables bien sûr mais relativement courtes.

Aborder les variations contemporaines est une chose différente. Les jeunes talents bénéficient alors de périodes plus longues pour les travailler en groupe avec la présence de deux danseuses et professeurs, Ayako Nakano et Nancy Euverinck ainsi qu’avec le chorégraphe Goyo Montero. Il est alors question de comprendre les intentions à associer aux mouvements, d’adopter une musicalité correcte ou encore d’exécuter les mouvements tels que le chorégraphe les a voulus. Tout ceci est nécessaire puisque les variations contemporaines du Prix de Lausanne sont souvent issues d’un répertoire peu connu, quand ce ne sont pas des créations originales !

Still quiet here.sas