Category Archives: Autour du festival

Que ça solie Le Chant du Gros

  Qu’est-ce que le Chant du Gros? Arrivés au terme de cette 21ème édition, nous avons décidé de nous pencher sur l’identité du festival. Très connu pour certains, beaucoup moins pour d’autres, le Chant du Gros se démarque à plusieurs niveaux de ses confrères. Petit tour d’horizon.

Une girafe qui se fait peigner par un pingouin

Cela fait plusieurs années que l’esthétique de l’affiche du Chant du Gros est confiée à Plonk&Replonk. Ces artistes ou graphistes à l’univers absurde et décalé, difficiles à cerner, sont connus notamment pour la quatrième de couverture de Vigousse ou pour leurs cartes postales mêlant vieilles images et humour étrange.

Les concerts du Chant du en images

[portfolio_slideshow]

Découverte: la Maison champêtre

Le Noirmont est un petit village qui compte, à l’année, environ 900 habitants. Lors du Chant du Gros, ce chiffre est multiplié en tout cas par six ou sept. Une question, bête mais néanmoins importante, se pose dès lors : où loge tout ce petit monde ?

Le P’tit du Gros, triomphe des jeunes francs-montagnards

L’an dernier, à l’occasion de son 20ème anniversaire, le Chant du Gros s’offrait une quatrième scène. En marge de la manifestation, faisant le lien entre le festival et le camping, le P’tit du Gros prit ainsi ses quartiers avec pour but la promotion des artistes de la région. Pour son deuxième anniversaire, la zone prend de l’ampleur. L’occasion de revenir sur ce festival dans le festival.

Découverte: La Goule

À quelques centaines de mètres en-dessous du Noirmont, dans la vallée où coule le Doubs, se trouve un petit restaurant : « La Goule ». Dans un cadre idyllique et tranquille, quelques privilégiés s’y échappent, loin de l’ébullition festivalière.

Le P’tit journal du Gros

Comme chaque région Suisse, la Chaux-de-Fonds a son journal : L’impartial. Et comme chaque événement cool qui se respecte, le Chant du Gros a le sien : Le P’tit Impartial.

Départ pour le Chant du Gros, Le Noirmont

La route est longue jusqu’au Noirmont. Une fois la T’chaux dépassée, il faut encore traverser les Combes du Pélu, Ferrière, le Cerneux Joli, les Breuleux, le Boéchet ou encore la Large Journée. Mais le paysage en vaut la peine : sapins, collines verdoyantes, vaches stoïques, chevaux des Franches-Montagnes, le Jura reste l’une des plus belles régions du pays. Sans oublier que l’on se rend au Chant du Gros