X
X
L'auditoire

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook
Culture
Tapis rouge nous vend du rêve
Plus d’une année après sa sortie dans les salles romandes, le film Tapis Rouge, co-réalisé par les Genevois Frédéric Baillif et Kantarama Gahigiri, a fait à nouveau parler de lui à l’occasion de la projection spéciale qui lui était consacrée jeudi soir 28 avril au Cinétoile Malley Lumière. Proposée par le Groupe Coordination Jeunesse de l’Ouest Lausannois, à l’initiative des travailleurs sociaux de proximité, la projection s’est suivie d’une discussion avec l’équipe du film, timide mais fière, qui a accepté de revenir sur les secrets du tournage.


Pour ceux qui ont manqué la sortie de Tapis Rouge en mai 2015, le film raconte l’histoire d’une bande de jeunes du quartier lausannois des Boveresses qui ont imaginé ensemble l’écriture d’un scénario de cinéma, projet créatif leur permettant de s’évader et d’échapper à un quotidien familial pesant. Une fois le script terminé, c’est encadrés et entourés par le travailleur social de leur commune qu’ils partent à la quête d’un producteur à Cannes en plein festival du film.

Une riche aventure

Ayant depuis toujours rêvé de tourner un film d’action digne du grand cinéma hollywoodien, ces sept jeunes de la banlieue lausannoise ont dû revoir quelque peu leurs exigences à la baisse après avoir été conseillés par Eduardo Peris, travailleur social sur lequel ils ont pu compter tout au long de cette folle aventure. « Plutôt que de rechercher de l’action à tout prix, je leur ai proposé de s’inspirer leur propre histoire pour raconter quelque chose aux gens. » Convaincus et déterminés, les jeunes, prêts à s’improviser acteurs, font appel au réalisateur suisse Frédéric Baillif, un habitué des documentaires dont Tapis Rouge marque un tournant dans la carrière. « Ce sont eux qui m’ont donné confiance en la fiction, c’est grâce à eux que j’ai fait le pas ». Avec une idée précise en tête, toute l’équipe s’engage rapidement dans le tournage, entraînant avec eux le compatriote Frédéric Landenberg. Pour incarner la figure paternelle et protectrice de l’éducateur, cet acteur professionnel avoue avoir dû se familiariser avec le jargon du métier qui lui a permis de tisser des liens forts avec la bande : « Le contact avec eux s’est établi très naturellement. J’avais l’impression de les avoir toujours connus. »

Bien que le tournage n’ait pas duré plus de dix jours, il fut néanmoins intensif pour ces jeunes qui étaient confrontés à la caméra pour la toute première fois. « Je voulais qu’une part de réalité submerge chaque scène, c’est pourquoi j’ai souvent laissé place à l’improvisation afin que les jeunes réagissent naturellement aux situations. Plus on avançait, plus ils se sentaient à l’aise et amenaient leurs propres idées », précise le réalisateur. Tous ont été marqués par la formidable cohésion de groupe qui s’est créée au fil des scènes. « On est devenus très proches, et c’est encore le cas aujourd’hui », souligne un des jeunes, Marlon Ali Lattion.


Des carrières se dessinent

Depuis sa sortie, le film a remporté de nombreux prix dont ceux des meilleures interprétations masculines pour tous, celui de la meilleure fiction francophone au Festival international Tous écrans de Genève, ou encore le prix du meilleur réalisateur au festival de Chelsea à New York. Encouragés par ces consécrations, la majeure partie de la bande souhaite aujourd’hui poursuivre une carrière au cinéma. Si certains de ces jeunes sont dans l’impossibilité de faire des castings au vu des apprentissages professionnels qu’ils réalisent actuellement, d’autres ont déjà eu l’occasion de participer à des web séries diffusées sur ARTE. Jaimerose Awazi et Marcel Ndala ont en effet suivi le conseil de leur metteur en scène qui les a vivement incités à mettre à profit l’expérience qu’ils ont acquise avec Tapis Rouge. Ils profitent par ailleurs tous de cet élan, car toute la bande est en train de tourner un western en Espagne, dont on attend impatiemment la sortie. Comme l’ajoute l’un deux, Emmanuel Rivollet, « On continue de voir jusqu’où le rêve nous mènera… ».

C’est en mélangeant subtilement réalité et fiction que le film est parvenu à capter l’émotion du public. A la limite du documentaire, Tapis Rouge rend un bel hommage au métier parfois fragile d’éducateur, et prouve avec une rare authenticité que le rêve est à portée de main.

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook

Recherchez dans les articles

Agenda

Sélection d'événements choisis par la rédaction, pour ne plus rien manquer dans la région.

auditoire

Abonnez-vous, c'est gratuit!

L'auditoire n'est plus envoyé automatiquement à toute la communauté universitaire.
Si vous souhaitez continuer à recevoir notre douce prose dans vos foyers, il vous suffit de remplir le formulaire ci-dessous.

Et si vous nous aimez vraiment beaucoup, vous pouvez souscrire à un abonnement de soutien.