X
X
L'auditoire

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook
Culture
A la découverte du petit barbare!
Un être tourmenté. Voilà ce qu’est le petit barbare. Invité dans les rêves de ce personnage atypique aux traits citadins, le public se retrouve, à l’image du personnage, quelque peu perdu dans une société de contraintes.

C’est la pénombre. Pas un bruit. Les secondes passent, toujours rien. Mais que se passe-t-il? La pièce n’a pas encore débuté mais la tension se fait déjà sentir. C’est alors qu’une actrice apparaît dans un halo de lumière, debout et immobile, tournée vers l’autre partie de la salle plongée dans l’ombre. Elle ne dit rien, mais elle est là. Seule sa présence a de l’importance pour le moment. Soudainement, une voix surgit de l’obscurité. Celle d’un homme tourmenté, qui s’adresse au public par une complainte récurrente.

Par ses lamentations, sa voix lancinante critique l'image d'une société organisée autour de la contrainte et invite le spectateur à la réflexion. Qu’est-ce qu’exister parmi tant d’autres? Devoir être quelqu’un au sein d’un collectif, voilà à quoi notre petit barbare se trouve confronté. Homme peureux et courageux tout à la fois , il se fait violence et se bat sans cesse contre lui-même, afin de pouvoir enfin exister en tant qu’être singulier et membre à part entière de la société à laquelle il se doit d’appartenir.

La pièce s’éclaire lorsque le dialogue commence. Nous nous trouvons alors dans l’espace mental du petit barbare. Cet être tourmenté rêve de son enfance et de ses visites au musée ornithologique. Il envie ces oiseaux, dont l’envol est synonyme d’émancipation et de pensée libre et flottante. Lui, se considère comme un canard aux plumes brûlées dont la pensée serait en quelque sorte morte. Son espoir : s’envoler à son tour.


©Sylvain Chabloz


A côté de cette image, nous retrouvons cette mystérieuse femme qui obsède les songes du protagoniste. Toute de blanc vêtue, elle s’oppose au petit barbare qui contraste et ses habits noirs. Alors qu’elle dégage un sentiment de bien-être et de pureté, lui représente le mal-être et l’esprit torturé. L'homme crie son malaise à cette femme qu’il connaît, mais qu’il ne veut pas reconnaître. « Qui est-tu ? – Plus tard.» ; « Pourquoi ? – Nous avons le temps. » ; « Qui est-tu ? – Patiente. – Dis-moi ou pars. » Alors que le petit barbare est agressif et impatient, cette femme, qui l’accompagnera jusqu’au bout de la pièce et se trouve être sa mère, tente de calmer et de contenir son fils. L’apaisement de ce dernier ne peut se faire que grâce à son affection.

Alors que l’échange est au départ plutôt conflictuel, ce dernier évolue au fur et à mesure que l’intrigue progresse, pour finalement atteindre un état doucereux et chargé d’émotions. Cette oscillation entre ton sec et glacial et, a contrario, chaleureux et tendre donne vie à cette pièce en ordonnant son tempo. Confronté à sa mère qui ravive en lui une douleur profonde, celle d’un père absent et d’un manque d’amour, le petit barbare se voit finalement rassuré et apaisé par cette mère charnelle et désirable. Dans un premier temps très distants, les personnages se retrouvent au final à s’enlacer et à se caresser avec érotisme.

Mettre en scène sa propre écriture est un pari risqué. Le dramaturge lausannois Julien Mages avec sa Mélopée du petit barbare l’a fait à merveille en proposant une œuvre touchante et réflexive. Une pièce poétique complexe, mais pas incompréhensible pour autant. Afin d’épurer son œuvre, le metteur en scène a fait le choix de ne pas encombrer sa représentation de décors volumineux, d’une troupe nombreuse ou encore de costumes tape-à-l’œil. Ainsi, le public a-t-il pu se concentrer sur l’essentiel : un texte riche et une performance de qualité des acteurs. Entre fragilité et puissance, tendresse et colère, le jeu de ces derniers a pu faire ressentir au public cette tension permanente entre les deux personnages. Du sentiment de culpabilité et de mal-être social, au désir incestueux et à l’amour absolu, sans oublier la mort par suicide et l’absence d’un être cher, de multiples thématiques ont quant à elles nourri les spectateurs en un flux continu.

La Mélopée du petit barbare / De, et mis en scène par Julien Mages / Cie Julien Mages / Arsenic / du 8 au 14 avril 2016

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook

Recherchez dans les articles

Agenda

Sélection d'événements choisis par la rédaction, pour ne plus rien manquer dans la région.

auditoire

Abonnez-vous, c'est gratuit!

L'auditoire n'est plus envoyé automatiquement à toute la communauté universitaire.
Si vous souhaitez continuer à recevoir notre douce prose dans vos foyers, il vous suffit de remplir le formulaire ci-dessous.

Et si vous nous aimez vraiment beaucoup, vous pouvez souscrire à un abonnement de soutien.