X
X
L'auditoire

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook
Culture
Interview | La Comédie musicale improvisée
Ils sont un peu tarés, ils jouent tous les soirs à la Ruche pendant le Paléo et régulièrement dans quelques troquets lausannois bien connus de la rédaction le reste de l’année. « Ils », c’est les types de la Comédie musicale improvisée qui, comme son nom l’indique, est une troupe qui entreprend d’improviser des comédies musicales. A partir de presque rien : une indication du public (par exemple : « Xylophone ») – et, promis, ils ont beaucoup plus d’imagination sur scène que lorsqu’il s’agit de choisir un nom.

L’auditoire a rencontré Renaud et Quentin en un début d’après-midi tout aussi caniculaire que le reste des débuts d’après-midi de la semaine, et avec une – très – courte nuit à son actif. Vous excuserez donc la plate banalité des questions. Heureusement que les interviewés ont fait preuve de plus de créativité pour nous livrer leur cadeau (cf. vidéo ci-dessous) :

- « L’auditoire c’est quoi pour toi ? »
- « Un journal. »
- « Mais t’as un adjectif pour le qualifier ? »
- « Jeune. »
- « OK, c’est parti. »

Toutes nos excuses pour le son moisi et les images cramées (nous sommes vendredi goddamn).


Et voici pour les questions banales :

L’auditoire : Vous êtes les seuls à faire de la comédie musicale improvisée ?

Quentin et Renaud (trop fatiguant d’indiquer à chaque fois qui dit quoi) : En Suisse romande, oui.

Et dans le monde entier ?

Non y en a qui le font à Londres, ou aux Etat-Unis c’est très courant. Y a même des festivals de comédie musicale improvisée. Mais en Suisse romande on est les seuls.

Et comment vous avez eu l’idée d’en faire ?

L’association vaudoise des ligues d’improvisation (AVLI) met chaque année à disposition quatre dates pour tester des nouvelles choses, des nouveaux concepts d’impro et Yvan Richardet a décidé de présenter un projet qu’il avait depuis longtemps en tête : la comédie musicale improvisée. Et il a décidé d’utiliser ce moyen pour le développer. Du coup c’était chouette. Et comme ça a bien marché on s’est dit : « On continue l’aventure. »

Donc vous êtes tous musiciens et improvisateurs ?

Non, y a beaucoup d’improvisateurs, mais seulement quelques musiciens.

Donc tout le monde chante juste, d’origine ?

Y a eu un casting parmi les improvisateurs, pour trouver ceux qui avaient plus le potentiel que d’autres pour faire de la comédie musicale.

Est-ce qu’il y a des trucs pour que ça marche ? Une méthodologie ? Ou c’est toujours vraiment à l’arrache ?

C’est pas à l’arrache mais c’est improvisé. Y a plein de trucs qui marchent ou qui marchent pas, et on essaie de les travailler en atelier. Les gens comprennent pas pourquoi on s’entraîne vu que c’est improvisé mais justement, on met en place des moyens de varier, les rythmes, les chansons, les scènes d’ensemble, les scènes de solo, les chansons à refrain, des ponts, enfin construire aussi musicalement les chansons. Et y a des techniques d’impro, genre le tacle quand on veut changer de scène rapidement. C’est pas des règles, c’est plutôt des conventions, entre nous, et plus généralement entre improvisateurs.

Vous vous entraînez souvent ?

Au début, pas mal, mais maintenant on en est à six ou sept entraînements par année et un week-end. Après selon les projets on remet le paquet juste avant pour se préparer.

Et vous êtes combien ?

Quinze en tout. Et on joue toujours avec entre quatre et six comédiens et au moins un instrumentiste.

Et à Paléo ça se passe comment ?

Ça se passe monstre bien. Dès le premier jour c’était complet. Ici, à la Ruche, c’est toujours complet et ça fait vraiment plaisir. Et puis la déambulation c’est un peu plus chaud techniquement, faut dérouler des câbles, faut les brancher, trimballer la sono. Des fois le son c’était horrible, et des fois ça allait. Mais c’est cool parce que du coup on fait vraiment des petits groupes, c’est des comédies musicales très privées. Au début c’est pour deux ou trois personnes seulement. Et après les gens viennent se greffer aussi.

Et avec la fatigue, vous devenez pas de plus en plus mauvais ?

On est morts avant de monter sur scène. Mais une fois devant le public on a plein d’énergie.

Plus que nous, en tout cas. Sur ce, on leur souhaite bon spectacle et on vous encourage vivement à aller les écouter.

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook

Recherchez dans les articles

Agenda

Sélection d'événements choisis par la rédaction, pour ne plus rien manquer dans la région.

auditoire

Abonnez-vous, c'est gratuit!

L'auditoire n'est plus envoyé automatiquement à toute la communauté universitaire.
Si vous souhaitez continuer à recevoir notre douce prose dans vos foyers, il vous suffit de remplir le formulaire ci-dessous.

Et si vous nous aimez vraiment beaucoup, vous pouvez souscrire à un abonnement de soutien.