X
X
L'auditoire

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook
Culture
Ça n’arrive qu’à Paléo #3 : salir un wagon CFF en cinq minutes chrono

Télétubbies army vs. mecs à poil (© Paléo / Pierre Descombes)

Chaque jour, L’auditoire décrypte un phénomène étrange qui semble ne survenir que sur la plaine de l’Asse lors de la dernière semaine de juillet, depuis 1976.

Les petits malins l’avaient prédit : Paléo sans la pluie, c’est pas vraiment Paléo. Donc il allait forcément pleuvoir un jour ou l’autre. Ce fut mercredi.

Un bon vieux déluge qui a permis de retrouver les incontournables du festival. Il y a ceux qui ont tout prévu, petit parapluie fixé directement sur leur tête, bottes montantes en caoutchouc certifié étanche à toute substance plus ou moins agressive, pèlerine sans trous, toute la panoplie du bon festivalier boueux. Il y a ceux qui ont un peu moins prévu le coup et se démerdent avec les moyens du bord en fonction de leur créativité, chapeau de la Mobilière, sac poubelle autour des baskets – ou des tongs, pour les moins chanceux – pèlerine M-Budget. Et puis bien sûr il y a toujours les mecs en slip qui se jettent à moitié à poil dans la boue dans des glissades interminables en ayant l’impression de revivre Woodstock. Et puis ceux qui trouvent qu’il ne pleut pas assez et vont faire trempette dans la fontaine en éclaboussant un maximum d’honnêtes gens au passage.

On croise çà et là des chaussures abandonnées, des enfants sur les épaules de leurs aînés, des choses indéfinissables couvertes de plastique issu d’autres choses indéfinissables. C’est aussi le moment de tester la fidélité du public de Sting, toujours au rendez-vous sous le déluge, qui se transforme subitement en armée de Télétubbies regroupés par couleur : il y a la famille Coop, la famille 20 Minutes, la famille M-Budget, la famille Retraites populaires, la famille Tribune de Genève, la famille Mobilière, et bien sûr la famille Paléo. A 2h gare de l’Asse, cette dernière était surreprésentée. Pourquoi ? Allez savoir. Il faudrait établir des statistiques sur l’heure de rentrée des gens en fonction de l’endroit où ils ont chopé leur pèlerine – en espérant que personne ne tente d’évaluer le lectorat de tel ou tel média selon le même calcul, parce qu’il faudrait qu’on investisse dans des pèlerines L’auditoire et on n’a plus de budget.

Bref, bien sûr tout ceci peut arriver dans n’importe quel endroit. En revanche, il est plus rare d’assister à l’invasion d’un wagon des CFF jusqu’ici immaculé par une horde de bipèdes bouseux qui, l’alcool, la situation et l’heure tardive aidant, n’ont plus aucuns scrupules à mettre leurs bottes pleines de boue sur les sièges, à s’étaler de tout leur long sur les banquettes et à transformer un train tout à fait respectable de la régie fédérale en un vaste bordel humide qui pue des pieds, le tout en cinq minutes top chrono.

C’est ainsi que, chaque jour de pluie, le citoyen suisse qui regarde toute l’année de travers l’infâme individu osant poser ses orteils velus sur le siège d’en face se transforme en tornade géante, souillant le même trône avec une jouissance non dissimulée. Et ça, ça n’arrive qu’à Paléo.

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook

Recherchez dans les articles

Agenda

Sélection d'événements choisis par la rédaction, pour ne plus rien manquer dans la région.

auditoire

Abonnez-vous, c'est gratuit!

L'auditoire n'est plus envoyé automatiquement à toute la communauté universitaire.
Si vous souhaitez continuer à recevoir notre douce prose dans vos foyers, il vous suffit de remplir le formulaire ci-dessous.

Et si vous nous aimez vraiment beaucoup, vous pouvez souscrire à un abonnement de soutien.