X
X
L'auditoire

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook
Culture
Paléo - Let's go



Tout a commencé de manière étrange. Pas de chemise à carreaux pour Daniel Rossellat, pas de pluie torrentielle ni pendant la conférence de presse d’ouverture, ni dans les prévisions météo de la semaine suivante, une masse de journalistes grouillant dans une atmosphère avoisinant les 35°C, qui plus est un dimanche, alors que la veille le Montreux Jazz s’achevait sur un magnifique smog on the water dans une atmosphère apocalyptique moyennant la brillante participation de quelques éclairs bien choisis, tandis que, quelques kilomètres plus loin sur les rives du même lac, l’avant-fête du Paléo battait son plein au cœur de la ville de Nyon.

Pourtant, le lendemain à l’aube – bon, d’accord, à 10h – tout le monde était là, certains même relativement frais – par abstinence ou par habitude, on ne saura jamais – prêts à sauter d’un festival à l’autre sans passer par la case dimanche et toucher une nuit de sommeil au passage.


Montreux samedi soir... (© Séverine Chave)
Un courage qui n’a pas échappé à Daniel Rossellat, qui a commencé par remercier chaleureusement l’assemblée en lui faisant part de ses « scrupules » à la convoquer un dimanche, avant d’expliquer d’où venait cette si magnifique chemise d’un bleu éclatant – de Birmanie – et d’ajouter qu’elle était particulièrement facile à retrouver dans son armoire « parmi toutes les chemises à carreaux ».

Il paraît qu’il faut boire de l’eau

Une fois n’est pas coutume, on a donc laissé de côté le « plan pluie » à l’ordre du jour des précédentes éditions, pour aborder le « plan canicule ». Miracle : il se trouve que cela fait plusieurs années que des points d’eau, gratuite et potable, essaiment le festival en gratifiant au passage le festivalier à l’humeur jouasse d’un « joli jeu de mots » : palé’eau. Pas besoin, donc, de mesure supplémentaire, si ce n’est rappeler que l’eau des toilettes est potable aussi – celle des robinets, pas celle de la cuvette, quoiqu’elle soit probablement aussi clean que tout autre point d’eau mais personne n’a envie de s’y risquer – et que, drame de la semaine, les feux et réchauds sont interdits sur le camping. « Comment faire pour manger ? » s’interrogent déjà de nombreux festivaliers sur les réseaux sociaux.

Réjouissons-nous : trois feux collectifs seront installés dans la cité dortoir du festival. L’occasion de faire de belles rencontres et de diminuer de beaucoup les interférences de gratteux aux accords de camping ; peut-être même que cela donnera naissance à quelques jam sessions psychédéliques – on peut rêver.

Les activités cool à éviter de rater

Puisqu’on a eu droit à la traditionnelle visite du terrain (en mode marche-de-la-honte pour certains), voici une petite sélection des choses à faire/voir/expérimenter/fuir…

Les sculptures volantes

Vous vous souvenez peut-être de ce gros cube qui tournait sur lui-même devant l’Internef, lors de la Triennale d’art contemporain à l’Unil (c’est le n°2 sur ce plan). Et bien son auguste auteur Etienne Krähenbühl récidive à Paléo et ses sculptures « en lévitation » ont remplacé les tournesols du passage des tournesols – qui du coup a peut-être changé de nom mais j’étais distraite à ce moment-là du coup je n’ai pas écouté ce que racontait Rossellat. C’est rigolo, on dirait vraiment que ça vole et on peut les faire tourner sur elles-mêmes tel le gros cube. Ce sera plus difficile, en revanche, de les déraciner pour les agiter devant les scènes dans l’espoir d’attirer l’attention des caméramen. Tant pis.

(© Séverine Chave)


L’Elysée à Paléo

Superbe exposition de photos qui ne sont pas des photos de presse, comme on l’a péniblement rappelé à plusieurs reprises à tous les photographes de presse présents lors de la visite du terrain, mais des photos d’art. En tout, cinq projets de cinq artistes qui rassemblent le musée et le festival pour les trente ans du premier et la quarantième édition du second. C’est beau, c’est bien foutu et les types qui sont en charge de l’expo sont sexy (selon leurs propres dires, après, nous, ce qu’on en pense…).


Exemple de self'air (raté)
La Air Factory

C’est ainsi que se nomme le projet 2015 de la Hes-So qui a rassemblé près de 300 étudiants. C’est l’endroit où l'on peut se prendre en selfie avec un vent de 250 km/h dans la face, sauver des abricotiers, faire battre le cœur de Paléo, « se déconnecter » (#LOL), associer vin et musique, et plein d’autres trucs cool. Mention spéciale pour les jeux de mots pourris avec « air » dignes des plus grands coiffeurs.

Le stand BCV

Comme chaque année, la BCV propose des trucs gratuits un peu nuls mais où tout le monde se précipite. Ce coup-ci, vous pourrez vous faire photographier dans la peau d’un groupe de légende et repartir avec un T-Shirt à votre effigie. On vous souhaite bon courage pour les deux heures de queue.

Happy Birthday Paléo

Et sinon, le point essentiel reste quand même que Paléo fête sa quarantième édition, le premier « First Folk Festival Nyon » ayant eu lieu en 1976 – si, comme moi, vous avez du mal avec les chiffres, je peux vous assurer que, même si cela paraît illogique puisque nous sommes en 2015, il s’agit bien de la quarantième édition, j’ai vérifié en comptant sur mes doigts.

A cette occasion, Paléo s’est associé à la RTS, présente dès les débuts sous le nom de télévision suisse romande – spéciale dédicace, au passage, à Emile Felber, premier designer de l’affiche du festival et aujourd’hui producteur à la RTS – pour fouiller dans les archives audiovisuelles des deux institutions. Une tâche ardue selon Daniel Rossellat, qui reconnaît que l'équipe du Paléo n’est « pas très portée sur la nostalgie » – sauf celle, « assumée », qui opère lorsqu’il s’agit d’accueillir des légendes, telle Joan Baez qui sera présente sur la plaine de L’Asse samedi soir – et que, du coup, le classement de leurs archives s’est révélé « très poétique ». Une raison de plus pour louer le boulot de ceux qui ont réalisé les quelques capsules d’archives que l’on vous encourage à découvrir sur le site paleo.ch/40.


Et puis sinon la Hes-So fête ses onze ans de collaboration avec le festival, le Village du Monde est juste sublime comme d’hab’ (peut-être même un peu plus que d’hab’, vous dira Julie), la programmation de la Ruche s’annonce exceptionnelle, tout le monde est content, il y a eu presque six millions de spectateurs depuis 1976 et y a plein de choses encore à découvrir sur le terrain. Et on sera là toute la semaine pour vous aider à les dénicher, pour poser des questions de merde à Explosion de caca, pour écrire des choses stupides et des articles très sérieux – si, si.

Suivez-nous et longue vie au Paléo !

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook

Recherchez dans les articles

Agenda

Sélection d'événements choisis par la rédaction, pour ne plus rien manquer dans la région.

auditoire

Abonnez-vous, c'est gratuit!

L'auditoire n'est plus envoyé automatiquement à toute la communauté universitaire.
Si vous souhaitez continuer à recevoir notre douce prose dans vos foyers, il vous suffit de remplir le formulaire ci-dessous.

Et si vous nous aimez vraiment beaucoup, vous pouvez souscrire à un abonnement de soutien.