X
X
L'auditoire

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook
Culture
NIFFF 2015, 8 juillet
Notre troisième journée au Neuchâtel International Fantastic Film Festival a été plutôt agréable, ce grâce à de fortes bourrasques venues rafraichir les rues neuchâteloises après des jours de chaleur extrême et surtout un programme varié et passionnant. Au menu : rencontre du troisième type, guerre entre voisins, musique démoniaque et horreur familiale.



Rencontre avec Chris Carter

Nous avons retrouvé le créateur de X-Files à l’occasion de sa masterclass publique. La première question a évidemment porté sur le retour de sa série phare. Chris Carter a alors réexpliqué la genèse de cette neuvième saison comme il l’avait déjà fait lundi. Il a également révélé que cette nouvelle saison se terminera sur un cliffhanger, ce qui implique probablement une suite (même si l’auteur reste évasif à ce sujet). Tout à fait conscient de l’attente énorme entourant ce retour, Carter souhaite évidemment récompenser les fans qui continuent à suivre la série depuis ses débuts tout en permettant à de nouveaux spectateurs de s’y mettre.

Evoquant ensuite ses autres projets qui n’ont malheureusement pas connu autant de succès, il a déclaré que les fameux Lone Gunmen (qui avaient eu droit à leur spin-off) seront présents dans la nouvelle saison de X-Files et reviendront « comme on ne les a jamais vus ». Enfin, l’Homme à la Cigarette sera aussi de la partie, malgré le final de la saison 9 qui semblait lui avoir réglé son compte. Des révélations qui font immédiatement grimper l’attente pour janvier.

Chris Carter a alors évoqué X-Files dans son ensemble. Il a tenu à préciser que, si la série est souvent considérée comme de la science-fiction, selon lui il conviendrait mieux de parler de « science spéculative », terme employé par Spielberg pour désigner Rencontre du troisième type. Interrogé sur l’orientation politique de sa création, il a évité la question (la qualifiant de « terrible ») et a répondu que X-Files pouvait contenir les deux grandes facettes de la politique américaine. Enfin, lorsqu’on lui a demandé sa position sur la thématique extraterrestre, il a confié être une combinaison des personnages de Mulder et Scully : il reste sceptique comme la seconde, mais comme le premier il « veut y croire ».



Homesick
De Jakob M. Erwa | Thriller
Avec Esther Maria Pietsch et Tatja Seibt

Tout va pour le mieux pour la jeune Jessica, qui vient d’emménager avec son homme et s’apprête à voir sa carrière de violoncelliste enfin décoller. Malheureusement, sa nouvelle voisine semble décidée à la faire quitter l’immeuble coûte que coûte.

Par petites touches et suivant un crescendo très bien construit, Homesick crée une véritable tension chez son héroïne comme son spectateur. La caméra joue constamment sur le hors-champ : elle prend ainsi un malin plaisir à choisir des angles dans lesquels les personnages sont cachés par des éléments de décor, et débute de nombreuses scènes par un plan fixe sur un objet autour duquel discutent des individus qu’on ne voit pas.

En économisant ses effets, le récit réussit à cultiver le doute jusqu’au bout (le harcèlement dont Jessica est victime est-il réel ou n’est-ce que de la paranoïa ?) et entraîne son spectateur dans un malaise progressif, jusqu’à un étonnant final qui laisse songeur encore bien longtemps après la projection.



Deathgasm
De Jason Lei Howden | Comédie / Horreur
Avec Milo Cawthorne et Kimberly Crossman

L’an dernier, nous découvrions avec enthousiasme la comédie horrifique Housebound, production néo-zélandaise qui jouait intelligemment avec les codes du genre et se posait en vraie réussite. Cette année, son producteur revient avec Deathgasm, qui prouve une nouvelle fois le talent des Kiwis en matière de cinéma de genre et nous ramène avec bonheur à une certaine tradition de la Nouvelle-Zélande : celle des films de sale gosse, cradingues, gores et crétins, qui ne visent rien d’autre que du fun mais redoublent d’inventivité lorsqu’il s’agit de répandre tripailles et fluides corporels. Popularisés par Peter Jackson à ses débuts (Bad Taste, Braindead), ils trouvent leurs dignes héritiers dans des Black Sheep et donc Deathgasm.

Le pitch est aussi simple que prometteur : des métaleux jouent par mégarde une partition visant à invoquer un démon sur Terre et déclenchent dans leur petite bourgade une véritable apocalypse. On peut penser à la comédie musicale rock Tenacious D and the Pick of Destiny, avec laquelle Deathgasm partage une utilisation littérale de l’image sataniste du métal ainsi que l’exploitation de certains pans de la fantasy (les personnages se rêvent en guerriers dans des scènes fantasmées à la Frazetta). Mais pour le coup, si le film de Jason Lei Howden est tout aussi débile dans son humour, il se révèle nettement moins musical et chevaleresque, et bien plus orienté gore.

Ultra bourrin, plutôt riche dans ses différentes façon de mettre à mort du vilain et carrément jouissif dans son absence de décence, Deathgasm est un vrai Ultra Movie comme on les aime. Si vous rêvez de voir deux métaleux foutre des mandales à des démons à l’aide de godemichets et autres boules de geisha, c’est à voir absolument.



Hollow
De Ham Tran | Horreur
Avec Nguyễn Hồng Ân et Thanh My

On n’a pas souvent l’occasion de visionner des films d’horreur vietnamiens. Mais vu la qualité toute relative de ce Hollow, on se dit que ce n’est peut-être pas si mal que ça.

Le film a pourtant une base narrative intéressante : responsable de la mort de sa petite sœur, une jeune femme va vivre l’enfer lorsque celle-ci va mystérieusement revenir à la vie. Les meilleurs films d’horreur sont bien souvent ceux qui construisent leur élément fantastique sur un drame fondateur et impliquent d’abord le spectateur par l’épaisseur des personnages et développent la peur à partir de leur psychologie.

Malheureusement, le récit est ici particulièrement confus, l’élément fantastique est absolument incompréhensible dans son fonctionnement et la répétition outrancière de la thématique maternelle finit par enlever toute subtilité au propos (le fin mot de l’histoire est lié à un drame entre une mère et sa fille, l’héroïne a des problèmes avec sa mère et est elle-même enceinte, etc.).

L’intérêt du film est définitivement balayé par une succession d’effets horrifiques complètement has-been : outre les infatigables jump scares, cela fait malheureusement quelques années que les fillettes bleuâtres aux longs cheveux noirs ne provoquent plus le moindre frisson…


To be continued…
La dernière projection terminée, nous avons arpenté le bord du lac en scrutant le ciel étoilé à la recherche d’une éventuelle soucoupe qui passerait par-là, mais rien. Comme il paraît que la vérité est ailleurs, on cherchera encore demain.

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook

Recherchez dans les articles

Agenda

Sélection d'événements choisis par la rédaction, pour ne plus rien manquer dans la région.

auditoire

Abonnez-vous, c'est gratuit!

L'auditoire n'est plus envoyé automatiquement à toute la communauté universitaire.
Si vous souhaitez continuer à recevoir notre douce prose dans vos foyers, il vous suffit de remplir le formulaire ci-dessous.

Et si vous nous aimez vraiment beaucoup, vous pouvez souscrire à un abonnement de soutien.