X
X
L'auditoire

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook
Culture
Le cosplay, star incontestée de Polymanga
A l’honneur dès la première édition du festival, l’engouement pour le cosplay ne tarit pas. Retour sur cet art à l’occasion du 11e Polymanga qui s’est tenu du 3 au 6 avril dernier au 2M2C de Montreux.

Yaya Han en Chun Li Kick, un personnage du jeu vidéo Street Fighter – © yayahan.com

Le cosplay, quésako?
Contraction des mots anglais «costume» et «play», le cosplay est un loisir qui consiste à jouer le rôle d’un personnage que l’on affectionne en imitant son costume, ses cheveux – à l'aide d'une perruque ou en réalisant la même coupe de cheveux que celle du personnage – et son maquillage. Les thèmes les plus courants sont les personnages de mangas, d'animation japonaise, de jeux vidéo, de comics, mais aussi de films ou de séries télévisées.
Plus qu’un simple costume, il s’agit d’incarner le personnage, de lui insuffler une vie réelle l’espace de quelques heures ou jours. Très courante au Japon, cette pratique n'est pas rare aux États-Unis ou en Europe lors des conventions comme Polymanga à Montreux.
Comme nous l’avons souligné précédemment, le besoin d’exprimer sa passion est en grande partie liée à un désir d’exprimer son identité. «On fabrique du sens, son univers en prenant le temps de créer son costume, en se préparant à l’événement, en répétant les chorégraphies. On est bien loin de l’enfant qui met son déguisement pour aller rire à carnaval», analyse Marc Atallah en page 3 du Régional n°749 . S’il est distrayant, le cosplay ne doit pas pour autant être pris pour une futilité. Au contraire, lorsqu’il est pratiqué en professionnel ou en concours, ce dernier s’élève au niveau de la performance artistique.

Yaya Han, du hobby au métier
Présente durant les quatre jours de la convention, Yaya Han est une créatrice de cosplay réputée à travers le monde. Basée aux Etats-Unis, elle travaille depuis plus de dix ans en tant que designer et modèle dans l’industrie du divertissement. C’est en 1999 qu’elle découvre l’univers du cosplay. En dix ans, ce qui n’était qu’un simple hobby pour Yaya devient un phénomène au niveau planétaire dans la pop culture et lui permet de gagner sa vie. Depuis ses débuts, cette précurseur a créé pas moins de 300 costumes de personnages de mangas, de jeux vidéo et de comics à raison, désormais, d’une vingtaine de réalisations originales par année! Elle a également lancé sa propre ligne d’accessoires afin de proposer des perruques, des cornes ou encore des ailes à tous ceux qui désireraient se lancer dans l’aventure!

Gäelle Clément en Jora du jeu vidéo Guild Wars: Eye of North – © N8e

EC & ECG : les concours européens
Si Yaya Han est dorénavant une cosplayeuse professionnelle, nombreux sont ceux qui pratiquent cet art par pure passion. A Polymanga, outre les divers énergumènes bigarrés qui composent la foule et donnent au festival son ambiance unique, des concours officiels sont mis en place. Encadré par BulleJapon, les concours annuels «EuroCosplay (EC)» et «European Cosplay Gathering (ECG)» se sont déroulés durant samedi et dimanche. Si le EC se fait uniquement en solo, le ECG est ouvert en individuel et en groupe. Pour y prétendre, il est sine qua non d’avoir confectionné son costume de A à Z manuellement. Il s’agit donc véritablement d’une activité artistique et non pas d’un simple effet de mode comme l’on pourrait le croire de prime abord. Au terme d’une brève prestation scénique (entre 1 minute 15 et 2 minutes 30), le jury délibère. Il classe les participants en fonction de la difficulté technique de leur costume, le choix des tissus ou des matériaux, la qualité et le rendu définitif des vêtements, mais aussi du spectacle présenté. Les heureux vainqueurs partent ensuite en finale européenne respectivement à Londres pour «EuroCosplay (EC)» et à Paris pour le «European Cosplay Gathering (ECG)».

Rencontre avec une gagnante
Gaëlle Clément ou Tanysa est l’une des gagnantes de ces compétitions puisqu’elle a remporté, pour la première fois, l’«EuroCosplay (EC)» et s’envolera en octobre à Londres représenter notre pays, en compagnie d’une deuxième cosplayeuse, lors du MCM London Expo. Mais, elle a, également, remporté le concours de groupe pour le «European Cosplay Gathering (ECG)» et partira, avec sa binôme, en juillet à Paris représenter la Suisse à la Japan Expo.
C’est en 2012 que cette talentueuse jeune femme se lance dans l’aventure. «J’ai commencé à faire du cosplay, car j’allais toujours regarder le concours. Et j’étais impressionnée de ce que les gens faisaient! Je me suis mise un défi: savoir si je pouvais faire comme eux», nous apprend Gaëlle. Le pari est réussi! Mais, créer un costume demande de l’énergie, du temps et un certain savoir-faire. Pour concevoir un costume de toutes pièces Gaëlle précise que «cela me prend six mois si je ne le fais pas intensivement. Sinon trois à deux mois non-stop!». Et l’on aurait tendance à l’oublier, mais cela a également un coût, puisqu’il est nécessaire d’acquérir du matériel, parfois très spécifique en fonction des objets à réaliser. «Pour ma barbare, ça va vers les 450.– frs minimum», confie la cosplayeuse.
Le cosplay pratiqué de cette manière n’a plus rien d’enfantin, en témoigne l’âge des participants aux concours européens qui ont entre 18 et 30 ans environ. Et quand nous demandons à Gaëlle durant combien de temps elle pense pratiquer le cosplay, cette dernière nous répond: «toute ma vie».
Il est vrai que les personnages ne manquent pas et que l’âge permet de varier les catégories. Pourquoi se limiter? Pourquoi se restreindre? Donner corps à la fiction apporte de la magie dans ce monde pour certains, quand pour d’autres cela restera une profonde source d’étonnement.

Gaëlle Clément incarnant une barbare tirée du jeu vidéo Diablo III. C’est avec ce costume qu’elle a remporté l’«EuroCosplay (EC)» – © N8e

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook

Recherchez dans les articles

Agenda

Sélection d'événements choisis par la rédaction, pour ne plus rien manquer dans la région.

auditoire

Abonnez-vous, c'est gratuit!

L'auditoire n'est plus envoyé automatiquement à toute la communauté universitaire.
Si vous souhaitez continuer à recevoir notre douce prose dans vos foyers, il vous suffit de remplir le formulaire ci-dessous.

Et si vous nous aimez vraiment beaucoup, vous pouvez souscrire à un abonnement de soutien.