X
X
L'auditoire

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook
Culture
Entre danse, performances, musique et arts visuels: Urbainisons-nous!
À sa dix-huitième édition, le festival multidisciplinaire les Urbaines revient agiter la scène artistique lausannoise avec une énergie, une fraîcheur et une gratuité renouvelées pendant le weekend du 5, 6 et 7 décembre. L’auditoire a rencontré son directeur, Patrick de Rham, pour discuter de l’événement en perspective.

«Curieux», «ouvert» et «contemporain» sont les adjectifs que Patrick de Rham, directeur, a choisi pour qualifier son festival. Si les deux premiers sont pratiquement synonymes, c’est parce que l’état d’esprit qu’ils désignent est une composante essentielle des Urbaines, tant chez les organisateurs que chez le public. En effet, il s’agit d’offrir aux artistes un espace pour des projets hybrides et expérimentaux, qui ne veulent appartenir à aucune catégorie définie et se détachent des canons communément encensés ; ils sont donc tout sauf prévisibles. Le risque fait intégralement partie de la démarche du festival, qui «veut tenter, expérimenter et donc […] essayer de capter des choses qui sont en réalité très fluides», explique le directeur. En aucun cas, les Urbaines ne cherchent à convaincre ou à garantir le succès ; en conséquent, elles ne craignent pas non plus la critique, au contraire.
Aux Urbaines, on choisit un artiste parce qu’on le voit avant tout comme «porteur d’une nouvelle esthétique, d’une nouvelle génération d’artistes, de nouvelles valeurs», affirme de Rham. Cela explique la présence d’un public principalement jeune et averti, la jeunesse étant «plus au fait des mouvements actuels», mais un des buts du festival est d’attirer davantage l’attention d’un public plus hétérogène.
Les Urbaines constituent notamment un tremplin pour la scène contemporaine suisse, qui est foisonnante bien que timide et peu mise en avant. Comme les artistes programmés ne bénéficient pas (encore) d’une renommée importante, la lecture du programme se fait de manière horizontale, sans tête d’affiche. Et même si les activités proposées dans ce dernier sont classées par discipline artistique, il n’y a pas de réelle frontière : des performances incluent de la musique, la musique appelle souvent à la danse et au théâtre. «C'est difficile de faire une distinction entre les différentes catégories de représentation, puisque le but est qu'il n’y en ait pas et que tout s'inclue en se complétant», souligne le directeur.
Transdisciplinarité n’implique pas uniformité. Les esthétiques que revêt l’art contemporain sont illimitées. Cette année, on en verra de toutes les couleurs, c’est le cas de le dire – teintes flashy, lumières kaléidoscopiques et atmosphères pop sont à l'ordre du jour. Nous aurons également droit à un mélange de sonorités électro, pop et R&B, en passant par des sons de cuillères et casseroles.
Parmi la diversité des sujets abordés, un lien est crée entre tous les artistes suisses et internationaux par le fait qu’ils proposent quelque chose qui «ressemble à l'ère du temps», des valeurs dans lesquelles tout le monde puisse se reconnaître.
Le festival est entièrement gratuit et nous fera découvrir (ou redécouvrir), de jour comme de nuit, le terrain de jeu de l’Arsenic, avec ses grandes salles de spectacle et sa sympathique cafétéria, ainsi que le Théâtre Sévelin 36 à quelques pas, G-60, La Datcha, le Musée cantonal des Beaux-Arts, le Bourg, le Romandie, le Mudac, le Théâtre de Vidy, le Théâtre 2.21 et beaucoup d’autres foyers culturels. Il accueille, comme chaque année, des nouvelles propositions dans un contexte social, pour nous transporter dans une dimension entre la réalité et l’imaginaire… Jetez un œil au programme!
Et si l’expérience vous plaît, envisagez de la vivre de l’intérieur l’année prochaine, en rejoignant l’équipe de bénévoles qui, en rendant le festival possible, en deviennent les meilleurs ambassadeurs.

© Maximage

Autour des Urbaines :
Culturadio est un nouveau média qui propose une «plongée radiophonique dans la culture de l’arc lémanique». Ils émettront depuis les Urbaines ce week-end.
Post Digital Cultures est un symposium anglophone conduit pour la seconde fois par les Urbaines à la demande de l’Office fédéral de la Culture. Un site Internet lui est consacré et vous permet notamment de «parler à Phil». Le symposium fait aussi l’objet de Natural Fair, projet éditorial du blog culturel Think Tank.

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook

Recherchez dans les articles

Agenda

Sélection d'événements choisis par la rédaction, pour ne plus rien manquer dans la région.

auditoire

Abonnez-vous, c'est gratuit!

L'auditoire n'est plus envoyé automatiquement à toute la communauté universitaire.
Si vous souhaitez continuer à recevoir notre douce prose dans vos foyers, il vous suffit de remplir le formulaire ci-dessous.

Et si vous nous aimez vraiment beaucoup, vous pouvez souscrire à un abonnement de soutien.