X
X
L'auditoire

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook
Culture
Déjà vingt ans de rock à Penthalaz
Il y a vingt ans, une bande de potes se réunissait dans le Gros-de-Vaud pour organiser un petit festival, alors baptisé le « Rock’n air ». Son but : permettre de récolter les fonds suffisants pour construire un local des jeunes dans la commune de Penthalaz. Rebaptisé « Venoge festival » en 2001, l’événement accueille aujourd’hui quelque 5'000 spectateurs. Petit retour sur le parcours de ce jeune adulte en pleine croissance, et sur les problématiques soulevées par cette dernière.

En s’offrant Keziah Jones, Louis Bertignac et Sinsemilia pour sa vingtième édition, le Venoge festival a prouvé qu’il n’avait plus rien à prouver. Présenté, lors de la vidéo du lancement officiel en mai, comme l’irréductible résistant encore et toujours à l’envahisseur, encerclé par Paléo, le Montreux jazz ou Rock’Oz, le Venoge a cependant fait comprendre à travers sa programmation et son organisation qu’il jouait désormais dans la cour des grands.

Une organisation bénévole

Et pourtant, certaines choses ne bougent pas en deux décennies : fidèle à son histoire, le comité d’organisation est encore et toujours composé exclusivement de bénévoles. Parmi eux, trois sont là depuis le début de l’aventure. C’est principalement cette singularité qui distingue le festival des géants voisins mentionnés ci-dessus. Mais est-ce possible de continuer à gérer un tel événement, qui ne cesse de croître, sans imaginer une part de professionnalisation ?


Le comité du festival
Car si chacun occupe un poste qui l’intéresse au sein du comité, personne ou presque n’avait a priori de compétences spécifiques dans le secteur qui lui incombe. Ainsi Corinne Malher, à la fois programmatrice et responsable du backstage, explique n’avoir jamais suivi de formation dans ce domaine. Même si « la musique a toujours été une passion » pour elle, Corinne est formée comme employée de commerce. Même son de cloche du côté de Luc Texier, chargé de communication et responsable de la coordination, qui avoue que « les questions techniques ou de montage de la scène, le graphisme des affiches, le design et la communication sont autant d’éléments qui ne s’apprennent pas du jour au lendemain ». Tous mettent donc également en avant l’aspect formateur, « tant humainement que techniquement » si l’on en croit Luc, d’un tel engagement. Et force est de constater que les résultats sont à la hauteur. Même si les négociations sont souvent rudes du côté de la prog’, les artistes se révèlent ainsi souvent très satisfaits de l’expérience : « Beaucoup nous écrivent après le festival pour nous remercier. C’est une véritable récompense », confie Corinne.

Sans compter que la programmation est probablement le secteur qui bénéficie le plus des aspects positifs apportés par la croissance du festival. « Il y a vingt ans, quand on contactait les artistes au nom du Venoge festival, on nous répondait souvent ‘’c’est qui ?’’ », raconte Corinne. « Depuis deux-trois ans, on constate une évolution de ce point de vue-là. »


Corinne Mahler (Photo: Venoge Festival)
Quel avenir pour le Venoge ?

Ainsi donc l’équipe du comité semble satisfaite de son engagement bénévole – et festivaliers comme artistes semblent partager cet avis. Cependant, cela pourrait vite devenir problématique si le festival continuait de croître au même rythme. Une théorie qui n’impressionne pas beaucoup Corinne Malher : « De toute façon, le site même du festival en limite l’expansion », rassure-t-elle, avant d’ajouter que « ça fait partie de l’âme du Venoge d’être organisé par une équipe de bénévoles ».
Pour notre part, nous garderons l’image d’un festival un peu « bâtard » – dans le bon sens du terme –, à mi-chemin entre la grosse production aux prestigieuses têtes d’affiche et la petite manifestation du type salle polyvalente de village. Espérons que le Venoge garde encore longtemps son âme du Gros-de-Vaud et son ambiance familiale, si prompts à favoriser le rapprochement entre les bénévoles, les artistes et leur public.

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook

Recherchez dans les articles

Agenda

Sélection d'événements choisis par la rédaction, pour ne plus rien manquer dans la région.

auditoire

Abonnez-vous, c'est gratuit!

L'auditoire n'est plus envoyé automatiquement à toute la communauté universitaire.
Si vous souhaitez continuer à recevoir notre douce prose dans vos foyers, il vous suffit de remplir le formulaire ci-dessous.

Et si vous nous aimez vraiment beaucoup, vous pouvez souscrire à un abonnement de soutien.