X
X
L'auditoire

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook
Culture
Sinsémilia donne le la du 20ème Venoge Festival

© Céline Brichet

Sinsémilia au Venoge Festival, c’est la France qui s’invite dans le Gros de Vaud. Mike, chanteur et porte-parole du groupe formé de 10 artistes nous a accordé quelques minutes après le concert.


L'auditoire: A l’instar du festival qui nous accueille, vous comptez plus de 20 ans d’existence pour Sinsémilia. Quel est le secret d’une telle longévité ?

Mike : Il y en a plusieurs. D’abord le fait d’être des amis d’école primaire, pour certains d’entre nous. On se connaît donc de bien avant l’époque où on a débuté la musique. Ensuite, on prend énormément soin des amitiés qui nous lient. Et enfin, on a toujours autant de plaisir à faire ce qu’on fait, et je pense que c’est là le vrai moteur.

Que vous apporte le fait d’évoluer dans un collectif de cette taille ?

Humainement, c’est une grande richesse. Après, pratiquement, il n’est pas toujours facile de gérer les quinze personnes qui composent l’équipe au complet. C’est beaucoup mais ce n’est pas trop. Dans un groupe de quatre personnes, quand l’une est fâchée, ça représente un quart du groupe qui ne va pas. Chez nous, quand quelqu’un n’est pas bien, les autres le portent.

Comment cela fonctionne-t-il entre vous ?

On est obligés de bien s’entendre. On a un rapport assez proche, un rapport familial, dans le cas d’une famille qui marche (rires). Même dans les moments compliqués, il y a beaucoup d’amour entre nous et on prend soin les uns des autres.

Dans quel univers musical vous situez-vous ?

On part clairement du style reggae mais on a ensuite traversé différentes phases. On voulait faire du reggae jamaïcain mais c’est difficile quand on ne l’est pas soi-même. Ensuite il y a eu d’autres envies et des ouvertures sur d’autres choses. Le prochain album à sortir est, par contre, vraiment reggae.

Vous êtes dans le commercial ?

Non, je ne nous situe pas dans cette catégorie. Avoir du succès ne veut pas dire être commercial.

Le reggae est-il un style plus revendicatif que les autres ?

Pas toujours et pas forcément. Il est très hétérogène. Il y a aussi des abrutis qui font des chansons qui ne veulent rien dire. Dans le cas de Sinsémilia, ce qui nous a fait aimer ce genre, c’est l’idée de véhiculer un message. On aime le reggae socialement engagé et c’est donc sur celui-là qu’on se concentre essentiellement.

Dans la chanson « Douanier 007 », vous affirmez « Sinsémilia, ce n’est pas une assoc’ de dealers de cam’ ». Un message ?

(Rires). Cette chanson raconte notre premier passage à Genève. On est restés bloqués sept heures à la douane, c’est long. Mais ce n’est pas la seule fois, les douaniers et nous, c’est une longue histoire d’amour.
Le message serait que si on voulait trafiquer, on ne choisirait pas le look qu’on a. Cette chanson est une plaisanterie par rapport à toutes les aventures qu’on a eues.

Acceptez-vous de jouer dans n’importe quel festival ? Quels sont vos critères pour choisir où vous rendre ?

On accepte un concert s’il peut nous offrir des conditions techniques adaptées, et le cachet qu’on demande, pour pouvoir proposer un bon concert. A partir de là, on va plus ou moins partout et on apprécie d’ailleurs particulièrement la Suisse. C’est une ambiance à la fois carrée et détendue. Le confort est agréable.

Justement, Qu’est-ce qu’un « bon concert » ?

Un bon concert, c’est quand les gens sont contents et qu’ils ont passé un bon moment.

Le show est-il adapté selon le public pour lequel vous jouez ?

On le modifie légèrement dans le choix des morceaux, par exemple. Si on joue en Suisse, on limitera les morceaux trop franco-français. Ensuite, en France, on fait attention par rapport à la situation politique.

La Venoge, ça vous évoque… ?

Rien du tout !

Contents de votre passage de ce soir ?

Oui, c’était cool. Et si je trouve une raclette, ça sera parfait…

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook

Recherchez dans les articles

Agenda

Sélection d'événements choisis par la rédaction, pour ne plus rien manquer dans la région.

auditoire

Abonnez-vous, c'est gratuit!

L'auditoire n'est plus envoyé automatiquement à toute la communauté universitaire.
Si vous souhaitez continuer à recevoir notre douce prose dans vos foyers, il vous suffit de remplir le formulaire ci-dessous.

Et si vous nous aimez vraiment beaucoup, vous pouvez souscrire à un abonnement de soutien.