X
X
L'auditoire

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook
Culture
Interview : Naâman

© Paléo
Il a 23 ans, un look d'universitaire et une voix de vieux Jamaïcain. Mardi, il a "retourné le Paléo" en compagnie de son fidèle DJ et de ses musiciens. Rencontre avec celui que les médias présentent déjà comme le prodige de la nouvelle scène reggae.

L'auditoire: Ton album a été élu « Reggae French touch » de l’année. Qu’est-ce que ça signifie ?
Naâman: La french touch, c’est une catégorie qui a été créée pour les français qui s’expriment en anglais. C’est du reggae international, mais de France.

Et tu penses que le fait d’être français a une influence sur la musique ?
Non, à part dans l’accent, parce que bon… on est ce qu’on est ! Après chaque pays influence forcément les gens qui y vivent, donc y a peut-être une petite touche liée, cette fameuse « french touch ».

Il paraît que tu écris parfois tes textes en patois jamaïcain, d’où tu connais cette langue ?
J’ai appris beaucoup en écoutant de la musique, et après seulement je suis allé en Jamaïque. Maintenant j’y retourne tous les hivers, ça m’aide. J’ai besoin de mots, j’ai besoin de travailler mon anglais, vu que je ne suis pas bilingue.

Tu fais relire tes textes ?
Non, même pas. Je les fais moi et je les balance, mais je devrais faire attention. En studio, y a toujours quelqu’un qui parle anglais par exemple, donc qui va dire « fais attention à ce que tu fais ».

Qui joue avec toi sur scène ? Les mêmes depuis le début ?
Pas du tout. J’ai commencé tout seul… enfin on n’est jamais tout seul, mais je débarquais dans un endroit et je rencontrais un mec que je ne connaissais pas et qui faisait la musique. Après j’ai rencontré des musiciens avec qui on a fait certains trucs. Et ensuite j’ai décidé de changer le groupe et d’apporter un d’autres membres, et finalement mon DJ. Maintenant le groupe s’appelle le Deep rockers crew.

Et niveau composition ? C’est toi qui fais tout ? Ou tu apportes une idée de base et le groupe adapte ?
C’est mon DJ qui fait ça. Il compose des petites boucles qu’il m’envoie, et après j’aime, je valide et ça devient une piste à creuser. On peut la donner aux musiciens qui commencent à rajouter des trucs. C’est comme ça que ça se crée petit à petit.

Donc les musiciens participent vraiment à la composition ?
Pas sur le premier album, qui a été enregistré en Jamaïque. Les musiciens, c’est ceux que j’ai pour la scène. Sauf que maintenant ils commencent à se produire sur de plus en plus de projets et ils vont sûrement enregistrer pour le deuxième album.

On connaît tes références musicales, mais on te demande rarement quelles sont tes influences littéraires…
Un gars qui me fait halluciner dans ses textes c’est Bob Marley. Il a une façon d’écrire incroyable. Après, je m’inspire pas forcément de quelque chose… je m’exprime, je ne me pose pas la question. J’ai des mots, je les arrange pour que ça sonne.

Quand je me relis, genre un an après, je comprends mieux le sens de mes chansons que quand je les écrivais… ça part de sentiments qui sont profonds, de choses qui me touchent vraiment. Des fois c’est en revenant derrière, en ayant du recul sur les chansons que tu comprends l’usage vraiment de ce mot là. J’ai fait littérature, donc l’analyse de textes j’en ai bouffé. Et c’est intéressant d’induire l’inconscient dans l’écriture des textes, parce qu’il est vachement présent. Y a toujours un truc qui guide le stylo, qui est au-delà de notre mental.

Tu avais entamé des études de communication et graphisme. Pourquoi ?
Le premier truc que je voulais faire, c’était de l’humanitaire. Et on m’a dit que le seul truc que je pouvais faire – vu que je n’étais pas médecin – c’était logistique ou communication. Du coup j’ai commencé des études de comm. Ça m’a pas plu du tout, je me suis retrouvé à faire de l’économie… je suis allergique un peu à tout ça, ça m’énerve, déjà je suis contre le système de ouf dans lequel on vit donc ça marchait pas trop. J’ai arrêté, et je me suis dit que j’allais faire un truc plus artistique, le graphisme, le dessin, etc. Et là je me suis retrouvé avec des gars qui étaient passionnés par ce qu’ils faisaient. Donc j’ai arrêté, vu que ma passion à moi c’était la musique. Je suis allé bosser à l’usine pour produire mon premier CD. Et après ça a pris, en grande partie grâce à internet.

Tu n’as pas fait d’études musicales ou de cours de chant ?
Non… il faut que je le fasse. Il faut vraiment que j’apprenne les techniques de voix. Je ne maitrise pas encore totalement ma voix… Chaque fois que je chante avec des gens qui travaillent depuis longtemps et qui ont des voix techniques ils disent toujours que je suis fou.

Quels sont tes projets pour l’avenir ? Un album est prévu pour 2015, non ? Où en est-il ?
On s’y mettra vraiment à la fin de la tournée, parce que là c’est impossible de composer. On a déjà les idées, mais on ne peut pas les réaliser. On est dans un petit bus avec un rythme de tournée assez soutenu, on a besoin de respirer pour créer, c’est prévu dès la fin de la tournée !

Tu vas rester dans le même style, ou changer un peu, intégrer d’autres sonorités, d’autres genres, de nouveaux instruments ?
Ça va être différent. Le prochain aura beaucoup d’influences, de trucs différents. Je sais pas encore trop. On a tellement de choses différentes, on en a qui ne ressemble à rien de ce que j’ai déjà fait…

Il y a des gens avec qui tu voudrais collaborer ?
Plus ou moins, mais c’est toujours un peu random, c’est la vibe. C’est vraiment en fonction des rencontres. Je n’aime pas aller voir un gars et lui demander s’il veut bosser avec moi. Je préfère que les choses se fassent naturellement et que la collaboration soit une évidence.

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook

Recherchez dans les articles

Agenda

Sélection d'événements choisis par la rédaction, pour ne plus rien manquer dans la région.

auditoire

Abonnez-vous, c'est gratuit!

L'auditoire n'est plus envoyé automatiquement à toute la communauté universitaire.
Si vous souhaitez continuer à recevoir notre douce prose dans vos foyers, il vous suffit de remplir le formulaire ci-dessous.

Et si vous nous aimez vraiment beaucoup, vous pouvez souscrire à un abonnement de soutien.