X
X
L'auditoire

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook
Culture
Paléo côté déco
Il suffit de se rendre sur le site du Paléo hors festival pour se rendre compte de l’ampleur de la tâche réalisée par l’équipe de décoration. Pourtant, les festivaliers circulent souvent sur le terrain sans se rendre compte que les murs dans lesquels ils évoluent, les images qu’ils discernent à côté des grands écrans, les constructions et tout un tas d’autres choses sont le produit d’un long travail de réflexion et de réalisation. L’auditoire est parti à la rencontre de celle qui dirige l’équipe chargée d’habiller la ville éphémère du Paléo.


Sandra Rossier (© Bruno Pellegrino)
Sandra Rossier est passionnée par son métier. Comme beaucoup d’employés du festival, elle a commencé par travailler comme bénévole. « Mais toujours dans la déco. Je ne me vois pas faire autre chose ! » Formée au Centre d’enseignement professionnel de Vevey (CEPV), Sandra Rossier monte sa propre entreprise de décoration en 2005. Cette dernière est mandatée par le festival pour réaliser la déco entre 2008 et 2010. Le courant passant relativement bien, la jeune directrice est vite recrutée pour travailler à l’année. Un travail à 70%, qui consiste à imaginer et dessiner les différents projets, gérer le budget (environ 250'000 francs) et coordonner les équipes. Les idées sont mises sur papier durant l’hiver, et le plus gros du travail commence quatre semaines avant le festival. « Pendant les deux mois d’été, c’est un travail à 100%, explique Sandra. Mais en réalité c’est plutôt du 300% ! »

Car pour transformer un champ en festival, il ne suffit pas d’installer des scènes, de la lumière et du son. Huit équipes rassemblant près de soixante personnes travaillent d’arrache-pied avant, pendant et après l’événement pour bâtir et décorer la ville éphémère. Ça commence quatre semaines avant l’événement, d’abord en atelier puis sur le terrain dès que les structures sont montées. Une maintenance est ensuite effectuée pendant le festival, principalement pour réparer les dégâts causés par la pluie ou les actes de vandalisme. Suit, dans un troisième temps, le démontage qui s’étale sur trois semaines. Et c’est reparti pour l’année suivante !


Le Village du Monde, l'un des plus gros travaux de décoration. (© Kathleen Vitor)


Un travail d’équipes
Les équipes de bénévoles se répartissent donc les différentes tâches : la déco du terrain, depuis les poteaux d’information jusqu’aux murs de l’entrée, est gérée par deux équipes. D’autres sont en charges des loges, des « habillages » en hauteur – « ceux qui passent leur semaine à quatre mètres du sol » –, de la Pl’Asse et du Village du Monde. Une équipe supplémentaire reste à l’atelier – qui se situe sur la « Rue », juste devant le festival – afin d’enregistrer les entrées et sorties de matériel et d’assurer une certaine permanence. Les bénévoles sont parfois assistés d’une aide externe ; tantôt ce sont de paysans, « qu’on appelle pour planter les gros poteaux, par exemple », tantôt d’autres entreprises de décoration privées.

Les nouveautés de cette année
Si certaines choses restent fixes d’une année à l’autre – il serait impossible de tout renouveler chaque année, tant au niveau du budget que du travail que cela représente – la plupart de la décoration évolue. Entre autres pour s’adapter à l’affiche et au graphisme de l’édition en cours. Sandra Rossier fait d’ailleurs partie du jury, constitué d’une dizaine de personne, en charge d’élire le gagnant du concours d’affiches réalisé au sein de la Haute école d’art et design de Genève (HEAD). Une tâche d’autant plus difficile que l’affiche, en plus d’être vendeuse, doit se prêter aux divers dérivés nécessaires pour former l’identité graphique de l’édition.


Les structures de la HES-SO (© Kathleen Vitor)


Mais il n’y a pas que le graphisme qui change. Cette année, Sandra a particulièrement mis l’accent sur les identités des différents quartiers. « On s’est rendu compte que les noms qu’on connaît par cœur et qu’on utilise toute l’année sont en général peu connus par le public. Personne ne dit ‘’On se retrouve au quartier des Alpes’’, mais plutôt ‘’Je suis à côté du truc rouge’’. » Cette semaine, on a ainsi pu observer les mêmes poteaux indicateurs dans chaque quartier, mais de couleur correspondant à l’identité de l’endroit en question.

Et l’année prochaine ?
Pour la 40ème édition, rien de particulier n’est encore prévu côté déco, bien que l’affiche, confiée cette fois-ci à un graphiste professionnel, soit déjà réalisée depuis environ six mois. Il y aura en effet probablement beaucoup d’exposition de photos retraçant les moments forts du festival, mais les nouveaux projets ne dépendent pas du secteur déco. Dans tous les cas, celui-ci planche déjà sur la prochaine édition. « Pour nous, quand le festival commence c’est déjà la fin. On commence à penser à l’année suivante ! »

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook

Recherchez dans les articles

Agenda

Sélection d'événements choisis par la rédaction, pour ne plus rien manquer dans la région.

auditoire

Abonnez-vous, c'est gratuit!

L'auditoire n'est plus envoyé automatiquement à toute la communauté universitaire.
Si vous souhaitez continuer à recevoir notre douce prose dans vos foyers, il vous suffit de remplir le formulaire ci-dessous.

Et si vous nous aimez vraiment beaucoup, vous pouvez souscrire à un abonnement de soutien.