X
X
L'auditoire

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook
Culture
Paradis perdu
Hier soir, la grande salle du Capitole accueillait un invité de marque pour un événement cinéma exceptionnel organisé par la Cinémathèque Suisse : le réalisateur Michael Cimino venait y présenter son film maudit La Porte du Paradis dans sa version entière et restaurée. Une nouvelle étape dans la réhabilitation de ce chef-d’œuvre longtemps mésestimé.



En 1980, obtenant la confiance totale du studio United Artists après le succès de son précédent film, l’oscarisé Voyage au bout de l’enfer, Cimino met sur pied une œuvre colossale qui sera hélas victime de ses énormes ambitions. La Porte du Paradis se penche sur une tranche particulièrement sombre et de fait souvent négligée de l’histoire américaine : le massacre organisé d’immigrants d’Europe de l’Est par un syndicat d’éleveurs du Wyoming à la fin du XIXe siècle.

A l’instar d’un Spielberg ou d'un Sorcese, Cimino interroge à travers ses films l’histoire des Etats-Unis, la constitution de son identité et ses possibilités d’avenir. Ainsi, il semblait l’artiste idéal pour traiter de cette véritable guerre civile déclenchée pour des questions territoriales absurdes.

Véritable cinéaste de la démesure, l’auteur de Voyage au bout de l’enfer réalise une superproduction titanesque qui dépasse très vite le budget escompté, qui atteint finalement plus de quarante millions de dollars pour un film avoisinant les quatre heures de projection. A sa sortie en salles, La Porte du Paradis est lynché par la critique, effrayée aussi bien par l’ampleur du projet que par la subversion de son propos.

L’accueil est si rempli de haine que le studio décide de le retirer immédiatement de l’exploitation pour le remonter en une version raccourcie de deux heures et demi cette fois-ci, simplifiée et édulcorée. Charcuté n’importe comment, le long-métrage connaît à sa ressortie un échec d’autant plus cuisant. Devenant l’un des plus gros bides de l’histoire du cinéma, il causera en grande partie la faillite de United Artists et stoppera net la carrière de son auteur, qui n’aura plus jamais la même liberté artistique et ne réalisera plus que quelques films à peine considérés.

Il faudra attendre une vingtaine d’années pour que La Porte du Paradis soit reconsidéré et enfin apprécié à sa juste valeur. Alors que Michael Cimino ne voulait plus rien avoir à faire avec ce film, l’insistance de Joann Carelli, sa productrice de longue date, finit par le convaincre de rendre à son œuvre son véritable apparat. Après avoir bataillé dix ans pour récupérer les droits du long-métrage, Carelli et Cimino ont travaillé d’arrache-pied pour remonter le film dans sa version d’origine de trois heures quarante afin de lui offrir une seconde chance. En 2012, cette director’s cut restaurée et remasterisée en 2K est projetée pour la première fois à la Mostra de Venise, où elle y rencontre enfin le succès. Sortie en DVD depuis, c’est cette version qui nous a été présentée hier soir par Michael Cimino lui-même dans la magnifique salle du Capitole à Lausanne.


Visiblement très ému, le cinéaste a confié la gorge nouée son amertume quant au destin de son film, la difficulté de cette restauration mais surtout son immense plaisir de pouvoir la partager ce soir-là avec un public bienveillant.

Les lumières se sont alors éteintes, laissant place à l’Ouest tel qu’il a rarement été filmé.

Western crépusculaire, La Porte du Paradis est aussi beau que terrifiant. Le lyrisme envoûtant y côtoie une violence glaçante, les verdoyants paysages naturels menaçant sans cesse de se tacher de rouge. A travers des cadres vertigineux et une mise en scène ample, Cimino souligne l’immensité de territoires en face desquels l’Homme se révèle bien insignifiant.

Opposant deux mondes, celui, festif et rempli de vie, des immigrants à son contraire, l’univers froid et calculateur du syndicat des éleveurs, et les confrontant à cette nature insaisissable qu’ils souhaitent posséder, le cinéaste orchestre une fresque humaine bouleversante.

Les lieux grouillants d’activité et assourdissants d’agitation s’alternent avec des environnements plus restreints propices à d’intense instants intimistes.

Très friand de scènes de danse et de célébrations (toute la première partie de Voyage au bout de l’enfer, centrée autour du mariage d’un des trois héros), Cimino s’attarde ici régulièrement sur les fêtes à la patinoire "Heaven’s Gate", nous livrant parmi les plus beaux ballets qu’il ait été donné de voir. Ces brefs moments de répit finissent par trouver leur contrepied dans les ultimes affrontements avec les mercenaires engagés par l’Association, chorégraphies impressionnantes de sauvagerie.





Servi par un casing royal (Kris Kristofferson, Isabelle Huppert, Christopher Walken, Jeff Bridges, John Hurt, Sam Waterston, Brad Dourif, Mickey Rourke et un caméo de Willem Dafoe !) et emmené par une bande-son mélancolique de David Mansfield (dont une très belle reprise du Beau Danube Bleu), La Porte du Paradis est un véritable monument. Une œuvre somme dont le rythme lent n’empêche nullement le souffle épique.

Abordant son sujet avec une violence extrême et une virulence sans concession, Michael Cimino nous embarque presque quatre heures durant dans une aventure flamboyante et désenchantée.

Superbement restauré, ce chef-d’œuvre maudit semble parti pour être enfin réhabilité. Un juste retour des choses pour son auteur, cinéaste majeur du Nouvel Hollywood hélas largement sous-estimé. Pour parachever l’événement de son passage en Suisse, Michael Cimino donne tout à l'heure (à 18h) une master class publique à l’ECAL. Nous lui souhaitons, comme ce fut le cas hier soir, une salle comble. Il le mérite.

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook

Recherchez dans les articles

Agenda

Sélection d'événements choisis par la rédaction, pour ne plus rien manquer dans la région.

auditoire

Abonnez-vous, c'est gratuit!

L'auditoire n'est plus envoyé automatiquement à toute la communauté universitaire.
Si vous souhaitez continuer à recevoir notre douce prose dans vos foyers, il vous suffit de remplir le formulaire ci-dessous.

Et si vous nous aimez vraiment beaucoup, vous pouvez souscrire à un abonnement de soutien.