X
X
L'auditoire

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook
Campus
Vérino se paie le Banane
En presque sold-out, Vérino a enflammé la scène au Forum du Rolex Learning Center ce mercredi soir. Exaltant son luxe d’être précédé par deux premières parties, le jeune nancéien a ensuite livré un show sans précédent, nanti par bien 44 minutes d’improvisation selon son manager.

Belle soirée dans l’enceinte de l’EPFL, où l’humour a encore une fois battu son plein. Harmonieux et impatient, le public était au rendez-vous pour venir applaudir celui qui a récemment été perçu du côté de chez Laurent Ruquier. En début de soirée, une petite bise venait caresser la file d’attente à l’extérieur de la salle de spectacle. Une bise qui n’avait pourtant rien de comparable avec les deux tornades qui ont sévi à l’intérieur. Samir Alic, doté d’un véritable potentiel comique et jeune espoir de l’humour national ainsi qu’Alex Kominek, brillant vainqueur du Banane Comedy Festival ont assuré avec brio et dynamisme la première partie de la soirée.


Samir Alic
Coudoyé en fin de spectacle, Samir, helvetico-bosniaque de nationalité, nous a fait part de ses impressions après sa représentation sur scène, sur laquelle il avait tenu à vanter ses origines balkanes. « La difficulté, dans les premières parties, est de chauffer le public avant le spectacle. C’est toujours délicat car les spectateurs ne sont pas tout de suite dans l’ambiance. Or, ce soir, ce n’était pas le cas. Le public était tout de suite chaud et c’était assez impressionnant. », explique-t-il. Fortement soutenu par son manager, Juan Millan et sa production « GoldStar », M. Alic ira ensuite se produire le 19 avril à Conthey (Valais) en compagnie d’Anthony Kavanagh, avant de viser la lune, selon ses dires : « Quand on fait ce métier, on en veut toujours plus. Moi, je suis déjà fier d’en être déjà arrivé là. Mais l’humain en veut toujours plus. Quand on a une voiture, on veut un bateau, ensuite un avion. Après, on veut aller sur la lune, puis sur le soleil. Le problème, c’est que sur le soleil, on meurt. » lance-t-il en citant son mentor, Jean-Claude Van Damme. « Le but est vraiment, pour nous et pour lui, qu’il puisse faire de la scène internationale. On va viser la France maintenant donc on va encore le voir régulièrement. » conclut à son tour son attaché de presse. Artiste à suivre donc.


Vérino
C’est dans un spectacle qui se veut « nouveau », que Vérino s’est dépensé sur les planches. À défaut de n’être plus en phase de rodage, son texte n’en est pas moins terminé. Dans une interview qui paraîtra prochainement, il raconte comment il perfectionne sans cesse et après chaque représentation son script qu’il joue depuis octobre 2013. Ancré dans un mode qui s’apparente de loin au typique stand-up, Vérino n’en reste pas moins un excellent comédien. À l’aune de la scène du distributeur de baguette à deux heures du matin, ce n’est pas tant un bon texte qui fait rire mais bien les mimiques qu’il ajoute à celui-ci. Son fort est bien d’être capable de retranscrire des situations de la vie de tous les jours, comme l’incompréhension entre interlocuteurs au téléphone ou encore une voix électronique d’un simple distributeur de pain dans la rue.

D’ailleurs, le clivage entre stand-up et comédie est quelque chose que l’artiste réfute. Dans son spectacle, joué et interprété avec panache, le jeune homme originaire de Nancy s’est beaucoup inspiré de ses précédents sketches écrits pour la télévision. En effet, beaucoup d’analogies ont été trouvées avec des passages qu’il a effectués à « On n’demande qu’à en rire », l’émission de Laurent Ruquier sur France 2. En mélangeant scènes osées, voire obscènes mais pour le moins drôles, et passages d’improvisation, Vérino a démontré être un grand innovateur et un immense professionnel.

Après avoir commencé son show en louant ses talents de (nouveau ?) papa et blaguant sur sa famille — suivant l’adage qui aime bien châtie bien — l’humoriste de 31 ans a ému son public tout en lui faisant entrer dans son quotidien familial, comme au parc où il raconte avec fraîcheur son « dur » engagement, celui d’être un bon père. Mais le clou de son spectacle n’aurait pu se passer des célèbres histoires des « Darwin Awards », les prestigieuses récompenses posthumes qu’on attribue aux personnes étant mortes de la plus ridicule des manières, peut-être, mais qui sont rappelées à la vie par la magie humoristique de l’excellent Vérino.

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook

Recherchez dans les articles

Agenda

Sélection d'événements choisis par la rédaction, pour ne plus rien manquer dans la région.

auditoire

Abonnez-vous, c'est gratuit!

L'auditoire n'est plus envoyé automatiquement à toute la communauté universitaire.
Si vous souhaitez continuer à recevoir notre douce prose dans vos foyers, il vous suffit de remplir le formulaire ci-dessous.

Et si vous nous aimez vraiment beaucoup, vous pouvez souscrire à un abonnement de soutien.